google3c6fb9877b6a0b59.html
 

Au sujet de l'ignorance (Stephen Harrod Bunher)

Voici des extraits d'un article paru en décembre 2021 de l'ethno botaniste Stephen Harrod Bunher sur le sujet de l'ignorance. Alors que notre société met l'emphase sur le développement de la connaissance intellectuelle, Bunher décrit l'importance pour notre chemin d'évolution de revenir vers l'état d'innocence et d'humilité de celui qui ne sait pas. Rester dans le non-savoir de l'intellect est le début de la sagesse, car c'est à ce moment qu'une autre intelligence, plus profonde et plus intuitive, peut émerger...

Innocence et sagesse

SUR L'IGNORANCE, L'ÉCOLE ET L'ÉDUCATION - COMPRENDRE LA TERRE, LES PLANTES ET NOUS-MÊMES

Extraits d'un article écrit par Stephen Harrod Buhner en déc. 2021



Je donnais un atelier au Canada, Il était une fois, et j'ai fini par parler à contre-sens avec l'une des participantes. C'était une femme noire qui travaillait dans les quartiers défavorisés de Californie, aidant (exhortant/soutenant/ militant pour) les jeunes à devenir "éduqués", comme elle disait. Elle s'est offusquée de mon commentaire selon lequel nous, les humains, devons réaliser que nous sommes ignorants, que nous comprenons moins d'un pour cent de ce qui se passe ici en ce qui concerne la Terre, les plantes, la nature de ce scénario dans lequel nous sommes intégrés et dont nous sommes issus. C'est le mot "ignorant" qui l'a fait. Pour elle, ce mot avait une signification historique et sociale qu'il n'avait pas pour moi.

J'utilisais le mot dans un contexte beaucoup plus large, comme la description d'une condition irrémédiable, d'une limite qui ne peut être corrigée lorsqu'il s'agit de notre compréhension du monde naturel. J'ai également examiné les dommages que nous subissons, nous et la planète, lorsque cette limite n'est pas reconnue. Il s'agissait et il s'agit toujours d'une confrontation avec les limites de la rationalité et de la science et avec leurs affirmations selon lesquelles le contrôle du monde naturel est possible. Accepter notre ignorance comme une vérité, comme une limite ultime, oblige à un changement de comportement. Si elle est considérée comme fondamentale, elle nécessite d'aborder le monde avec humilité, elle nous oblige à reconnaître que nos tentatives de contrôler la nature auront toujours des effets secondaires imprévus qui font que tout ce que nous faisons tourne mal. (Et bien sûr, il y a des milliers d'exemples, nous les voyons autour de nous tous les jours de la semaine). J'ai réfléchi à cet échange et à sa nature depuis de nombreuses années maintenant ; j'ai beaucoup appris.

(…)

Les gens ont tendance à utiliser beaucoup de mots sans trop préciser leur signification exacte. Ils utilisent le mot monde pour désigner à la fois la Terre elle-même (le monde réel) et la réalité virtuelle que les êtres humains ont construite par-dessus le monde réel. Le monde virtuel, c'est-à-dire notre civilisation (qui a une forme légèrement différente d'une culture à l'autre), est souvent considéré à tort comme réel et non virtuel. C'est une chose facile à faire puisqu'il est si étendu, si grand, si dominant, si... disons... lourd et rempli de tant de béton et de métal. Et parce que ce monde virtuel est si étendu et que les écosystèmes naturels sont si rares pour ceux qui vivent dans les villes, il est facile de faire l'erreur de penser que le monde virtuel est fondamental plutôt que contingent. Les habitants de Pompéi et de l'Empire romain ont fait cette même erreur de catégorie il y a longtemps. Cela n'a pas bien tourné à l'époque et cela ne tourne pas bien aujourd'hui. Le monde virtuel a maintenant tellement perturbé le monde fondamental que le fonctionnement de l'écosystème commence à devenir incontrôlable. Les limites de notre intellect, et de notre arrogance, sont désormais évidentes. Et au fil des années, un nombre toujours plus grand de personnes sera forcé de comprendre cette distinction entre le monde virtuel que les gens ont construit et le monde réel dont tout ce qui est dépend.

(…)

L'image que j'ai est celle du jeune homme que j'étais, debout au milieu d'une forêt ancienne et sombre. Je l'observe alors qu'il commence à apprendre et qu'une petite clairière circulaire se forme autour de lui. Au début, elle est très petite, juste à quelques centimètres de ses pieds. Mais à chaque fois qu'il apprend quelque chose de nouveau, la clairière s'agrandit un peu plus. J'ai presque 70 ans maintenant et cette clairière est vraiment très grande. Je suis au centre d'une prairie circulaire qui s'étend sur un ou deux kilomètres à partir de l'endroit où je me trouve. Néanmoins, autour de la clairière, cette ancienne forêt de sages subsiste encore. Cette forêt émerge du monde fondamental, de la Terre elle-même. Et elle se développe depuis 4,5 milliards d'années. La matrice qui l'entoure, l'Univers lui-même, se développe depuis encore plus longtemps. La Terre elle-même est intégrée dans ce scénario, elle a émergé de ce scénario tout comme nous avons émergé de celui de la Terre. Pour autant, je ne me soucie guère de ce scénario plus vaste, sauf de manière assez limitée, périphérique. Il n'a pas capté mon intérêt. Je suis presque uniquement préoccupé par la Terre (dont elle est issu). Car je suis de la Terre, j'ai émergé dans une forme spécifique pour une fonction écologique spécifique dans un temps géologique spécifique. Un nœud de conscience, pour ainsi dire, entouré d'autres nœuds, dont certains sont humains et la plupart ne le sont pas. Nous sommes des êtres écologiques sur une planète écologique. On ne peut échapper à cette vérité fondamentale (et il est temps que l'espèce humaine s'en rende compte). Néanmoins... l'important... pour la nature de l'ignorance en tout cas, c'est la relation de cette clairière avec la forêt elle-même.

À mesure que la prairie de mes connaissances s'étend, sa circonférence s'élargit également. Plus elle s'agrandit, plus elle a de points de contact avec la forêt qui l'entoure. Et parce que je connais si intimement la clairière que mon savoir a créée pour moi (mon cercle de compréhension), je suis également conscient des milliers de points de contact qu'il a avec cette forêt ancienne et mystérieuse. Chaque jour, je deviens de plus en plus atrocement conscient de tout ce que je ne sais pas. Peu importe combien de temps je vivrai, peu importe combien je lirai, étudierai, contemplerai, peu importe combien mon cercle de compréhension s'élargira, je ne vivrai jamais assez longtemps ou ne serai jamais assez sage ou éduqué pour saisir pleinement la forêt, le mystère, qui m'entoure. Je vis dans un état d'ignorance irrémédiable. C'est juste que... j'ai appris à ne pas m'en soucier. J'ai appris à sentir le contact du mystère sur moi et à me délecter de mon ignorance plutôt que d'avoir peur que ce que je ne sais pas me fasse du mal, qu'il puisse y avoir des présences dans cette forêt bien au-delà de l'humain, qu'elles puissent avoir d'autres plans qui ne sont pas les miens ou ceux de mon espèce.

J'ai appris ce que signifie être humble - et respectueux - devant des puissances bien plus grandes que moi.

Et donc je sais, sans aucun doute, que lorsque je m'approche d'une plante, je m'approche d'un nœud de conscience, d'une intelligence, qui se développe depuis des centaines de millions d'années sous un millier de formes différentes (que nous appelons espèces). Et ces centaines de millions d'années sont à l'intérieur de chaque plante qui existe, présentes en elle, même si à l'œil extérieur elle semble être une simple fleur des champs. Les plantes, même cette minuscule et simple fleur, ont appris les réponses aux questions que nous, en tant qu'espèce, n'avons pas encore eu la conscience de poser.

C'est pourquoi, lorsque je réalise un jour que (contrairement à ce que pensent généralement les botanistes) l'écorce de la plupart des arbres effectue la photosynthèse en hiver, longtemps après que les arbres ont perdu leurs feuilles, je ne suis pas surpris. Je ne fais que m'émerveiller et m'émerveiller davantage.

C'est pourquoi, lorsque je comprends enfin la raison pour laquelle les plantes n'ont pas de "cerveau", je ne suis pas surpris de mon ignorance. Elles n'ont pas besoin de cerveau car l'important n'est pas l'organe (c'est-à-dire le cerveau) mais ce que le cerveau contient, le réseau neuronal. (Les réductionnistes qui souffrent du chauvinisme cérébral ne peuvent pas voir ce qu'ils se sont entraînés à ignorer). Il y a une raison pour laquelle les racines des plantes ressemblent au réseau neuronal humain logé dans nos cerveaux, c'est parce que leur réseau neuronal est identique dans sa nature, sa forme et sa fonction. C'est simplement qu'elles utilisent le sol comme "organe", le "cerveau" qui contient leur réseau neuronal. Et je ne suis pas surpris lorsque je réalise qu'ils utilisent les mêmes messagers chimiques que nous pour maintenir leur fonctionnement biologique.

(…)

Nous sommes à un moment de l'histoire de notre espèce où nous devons choisir une voie différente. Nous n'avons plus le choix. La voie que nous avons empruntée ces deux cents dernières années (et qui est issue d'une autre qui a commencé il y a deux mille ans) a épuisé son potentiel. Elle a également dévasté la Terre et tous les écosystèmes qui existent. Tous les jours, nous voyons les ruines que les rationalistes et les spécialistes de l'écologie ont laissé derrière eux.

Nous voyons ce que les croyances monothéistes ont fait de notre monde ; nous en sommes entourés. Ainsi, nous sommes confrontés à une terrible, terrible décision : se tourner vers le monde réel avant que le monde réel lui-même ne nous y oblige ou continuer à éviter les dures vérités de la vie jusqu'à ce que ces dures vérités nous apprennent le vrai sens de l'ignorance niée. Comme l'a dit un jour Jesse Jackson (en oubliant beaucoup de gens dans le processus mais, oui, c'est toujours une bonne métaphore), "Vos ancêtres sont arrivés sur le Mayflower et les miens sont arrivés sur un bateau d'esclaves, mais nous sommes tous dans le même bateau maintenant".

(…)

Il est temps pour nous de nous asseoir aux pieds de la Terre et des plantes et de leur permettre de nous enseigner ce que nous devons savoir pour survivre à l'avenir qui s'annonce pour nous, bien plus vite que la plupart des gens ne le comprennent. Il est temps pour nous d'être éduqués, pas scolarisés. Il est temps pour nous d'approcher le mystère de la vie et de le laisser nous enseigner à nouveau comment être humain, comment s'asseoir dans le cercle de la vie en tant que membre et non en tant que dominateur. Il est temps pour nous de récupérer les caractéristiques humaines que nous avons abandonnées à la vision unique, aux insistances rationalistes et monothéistes. Il est temps d'adopter un autre type de science, un autre type de rationalité, un autre type d'approche spirituelle de nous-mêmes et du monde qui nous entoure. Il est temps de reconquérir la bonté, la compassion, l'empathie, la compréhension, l'humilité, l'amour.

Si vous regardez attentivement, aucune de ces choses n'est enseignée à l'école ; elles ne sont pas apprises pendant la scolarité. Vous ne les trouverez pas en chimie, en botanique, en physique ou en mathématiques. Vous ne les trouverez pas dans la science ni dans la plus puissante des sectes chrétiennes, les rationalistes. Et malgré ses protestations, vous ne les trouverez pas non plus dans le monothéisme, même si quelques-uns de ses adeptes les possèdent. La plupart, assurément, ne les possèdent pas. (L'histoire du monothéisme est jonchée de morts, d'opprimés, de détruits - des personnes, des sexes, des religions, d'autres façons d'être et de vivre le monde. C'est une caractéristique, et non un bug, de la religion).

Quelque chose de nouveau est nécessaire et cela commence par la volonté d'être ignorant, car c'est le seul moyen d'atteindre l'humilité et l'état d'esprit qui seront notre salut. (…) Comme l'a dit un jour Dale Pendell, "Il y a une partie de nous qui sait que nous avons besoin du rédempteur sauvage." Et comme il l'a aussi dit...


Bien que les dieux aient le pouvoir de parole

plus souvent, ils choisissent une fleur ou une plante ;

des feuilles de sureau pressées sur un buvard,

ou des bourgeons de printemps émergeant d'une tige d'hiver.

Les messages qu'ils envoient sont si ordinaires

que nous les manquons souvent :

un éclat de rire et de légèreté,

ou des jambes négligemment croisées se touchant,

la façon dont une digue serpentine

et se fond dans le substrat rocheux

ou la façon dont deux amoureux potentiels se déplacent l'un par rapport à l'autre, démarrent puis s'arrêtent, passent et s'arrêtent sur un sentier d'avril.

Les oracles les plus subtils sont toujours les plus évidents

voir ce qui est en face de nous est toujours le plus difficile :

un papillon qui éclot d'un rêve brisé,

ou un arbre brisé qui s'enracine dans le sol là où il est tombé


Je cherche la justice pour chaque forme de vie sur cette planète, y compris les plantes, les bactéries et les virus. J'aspire à un lieu où notre espèce ne croit plus qu'elle a le droit de "chercher à dominer la terre". J'aspire à un lieu où nous comprendrons que les arbres sont les maîtres de la loi. Où nous comprendrons enfin que nous ne sommes pas différents, ni plus ni moins, que toute autre forme de vie sur cette planète. J'aspire à un temps où nous serons capables de siéger à nouveau au conseil de la vie en tant que membre et non en tant que dominateur. Où nous comprendrons le peu que nous savons réellement, le peu que nous pouvons ou pourrons jamais savoir. Où nous pourrons, une fois de plus, nous incliner devant le mystère de tout ce qui est. Où nous valoriserons la bonté, la compassion, l'empathie, la compréhension, l'humilité et l'amour autant ou plus que l'intellect, l'obtention de diplômes, un emploi au sein de la méritocratie, ou la dissociation rationaliste de la science et sa dissection du monde. Où nous récupérerons une fois de plus le meilleur de ce qu'il y a d'humain en nous et où nous imposerons des limites à ceux qui voudraient détruire le monde pour le pouvoir et le profit.

Il est important de comprendre que tout ne tourne pas autour de nous, il se passe bien plus de choses ici que les humains ne le savent ou ne peuvent le savoir. Et une des choses qui se passe, c'est que ceux d'entre nous qui s'en occupent, qui se sentent obligés de faire quelque chose contre le changement climatique, contre les dommages causés aux écosystèmes de la planète et aux formes de vie apparentées, se sentent seuls à le faire. Mais les autres espèces de la planète sont également concernées et travaillent aussi dur qu'elles le peuvent pour répondre à ce qui se passe. Elles élaborent également des solutions, des solutions qui proviennent d'une base de connaissances vieille de plusieurs milliards d'années. La Terre est déjà passée par là, elle a connu pire que la destruction effrénée du monde par les entreprises, les scientifiques et les monothéistes, que nous appelons l'anthropocène.

Dans les temps qui viendront, souvenez-vous-en. Notre désespoir tient en grande partie au fait que ceux d'entre nous qui se sentons concernés se sentent seuls face à ce que nous voyons venir vers nous, face à ce que nous savons qu'il se passe, face à la perte du monde naturel que nous aimons. Mais en vérité, nous ne sommes pas seuls. Nous n'avons jamais été seuls. Nous sommes entourés d'amis bienveillants non humains qui nous encouragent pour la tâche qui nous attend. C'est d'eux que nous apprendrons le chemin - si nous pouvons abandonner notre fierté et accepter notre ignorance, si nous sommes prêts à être assez humbles pour écouter. Si nous sommes prêts à nous éduquer au lieu de nous instruire.

A sujet de Stephen Harrod Bunher

Stephen a consacré sa vie depuis plus de 40 ans à étudier la sagesse des plantes. Il a développé de nombreux protocoles de soin à base de plantes, et il est particulièrement reconnu pour le protocole sur la maladie de Lyme. Il a aussi tout récemment proposé un protocole pour le Covid. Une grande partie de ses ouvrages traite de l'apprentissage des plantes, non pas d'un point de vue de la connaissance intellectuelle et scientifique, mais en apprenant à entrer dans une connexion intime avec la plante, au travers de l'expérience du coeur et de l'intuition. Un monde fascinant à découvrir dans ses livres.


Stephen Harrod Bunher


Articles récents