google3c6fb9877b6a0b59.html
top of page

Combien de temps nous devrions passer dans la Nature : la règle du 20-5-3

J’étais seulement sorti pour une petite balade et finalement je me décidais à rester dehors, car en allant à l’extérieur, je réalisais qu’en fait j’allais à l’intérieur. John Muir

Il faut parfois attendre longtemps que la science s'intéresse à certains sujets pour que des évidences multimillénaires soient enfin admises. Nous avons besoin de Nature car c'est ce que nous sommes. Notre corps a besoin de Nature. Notre esprit a besoin de Nature. Mais quel temps doit-on y passer pour commencer à vraiment en avoir des bienfaits (selon la science) ?


Tout temps que l'on passe dans la Nature sera bénéfique, aussi petit soit-il. Néanmoins une neuro-scientifique, du nom de Rachel Hopman a essayé de quantifier ce temps en décrivant une sorte de règle qui est devenue connue comme la règle du 20-5-3.


20 minutes dehors trois fois par semaine

C'est le temps que vous devriez passer dans la nature, par exemple dans un parc de quartier, trois fois par semaine. Mme Hopman a dirigé une nouvelle étude qui a conclu que quelque chose d'aussi anodin qu'une promenade de 20 minutes dans un jardin botanique urbain peut stimuler la cognition et la mémoire et améliorer le sentiment de bien-être. "Mais", dit-elle, "nous avons constaté que les personnes qui utilisaient leur téléphone portable pendant la promenade ne voyaient aucun de ces avantages."

D'autres recherches ont découvert que 20 minutes à l'extérieur trois fois par semaine est la dose de nature qui a le plus d'effet sur la réduction des hormones de stress.

Dans la nature, notre cerveau entre dans un mode appelé "fascination douce". Hopman l'a décrite comme un état proche de la pleine conscience qui restaure et renforce les ressources dont vous avez besoin pour penser, créer, traiter l'information et exécuter des tâches. C'est la pleine conscience sans la méditation. Une courte promenade quotidienne dans la nature - ou même une promenade dans une rue bordée d'arbres - est une excellente option pour les personnes qui n'aiment pas s'asseoir et se concentrer sur leur respiration. Mais éteignez votre téléphone - il vous fera sortir du mode fascination douce.


5 heures par mois dans la Nature sauvage

C'est le nombre minimum d'heures que vous devriez passer chaque mois dans une nature semi-sauvage, comme un parc national. Cela permet de prévenir la dépression et d'augmenter le calme et le bonheur. "Tout temps passé dans la nature est bénéfique", a déclaré Hopman. "Mais passer plus de temps dans des espaces plus sauvages semble offrir plus de bénéfices".

Une enquête menée en Finlande a révélé que la plupart des gens se sentaient mieux avec environ cinq heures de nature par mois. Avec cette quantité, ils étaient plus susceptibles d'éviter la dépression (il est facile de déprimer pendant les longs hivers sombres de la Finlande) et d'être plus heureux dans leur vie quotidienne.

Le gouvernement finlandais a ensuite mené une étude plus vaste dans laquelle les scientifiques ont lâché un groupe de personnes dans un centre ville, un autre dans un parc municipal et un autre dans un parc national. Les deux groupes vivant dans la nature se sont sentis plus zen que les personnes déposées en ville. Rien de surprenant à cela. Sauf que les personnes dans l'espace plus sauvage avaient un avantage sur les personnes dans le parc de la ville. Ils se sont sentis encore plus détendus et restaurés. Ce qu'il faut retenir :

Plus la nature est sauvage, mieux c'est.


3 jours par an en immersion

C'est le sommet de la pyramide. C'est le nombre de jours que vous devriez passer chaque année dans la nature, hors réseau, comme en camping ou en louant une cabane. Pensez-y : Des endroits caractérisés par une réception cellulaire aléatoire, des animaux sauvages et l'absence d'agitation.

Cette dose de nature sauvage est en quelque sorte une retraite de méditation prolongée. Sauf qu'il est permis de parler et que l'expérience est exempte de frais et de gourous. Votre cerveau est soumis à des ondes alpha et thêta, les mêmes que celles que l'on trouve chez les méditants expérimentés ou lorsque vous tombez dans un état de fluidité sans effort. Ces ondes rares réinitialisent votre pensée, ravivent votre cerveau, combattent l'épuisement professionnel et vous font tout simplement vous sentir mieux.

C'est probablement la raison pour laquelle une étude a montré que trois jours dans la nature augmentaient la créativité de 50 % et qu'une autre étude a révélé que les vétérans de l'armée américaine qui avaient passé quatre jours à faire du rafting dans le sud de l'Utah étaient encore en pleine forme une semaine plus tard. Leurs symptômes de stress post-traumatique et leur niveau de stress avaient diminué de 29 % et 21 %, respectivement. Leurs relations, leur bonheur et leur satisfaction générale à l'égard de leur vie se sont également améliorés.


Pour cheminer avec la Nature : la règle du 20-5-5

Si l'on souhaite se reconnecter en profondeur avec la Nature et commencer un véritable chemin d'évolution avec elle, je transformerai volontiers la règle du Pr. Hopman en 20-5-7 :

  • 20 minutes par jour (et non pas 3 fois par semaine) dehors

  • 5 heures par semaine (et non pas par mois) dans une ballade dans une nature sauvage ou semi-sauvage

  • 5 jours (et non 3) par an dans une retraite dans la Nature en mode camping, bivouac ou cabane isolée

IL n'y a pas de secret. Il n'y a qu'un seul moyen d'évoluer véritablement avec la Nature : y passer du temps.

George Washington Carver a dit un jour :

Quoi que ce soit que vous aimiez suffisamment vous livrera ses secrets

Comments


Articles récents

bottom of page